Disparitions Inquiétantes 📲 📞

MERCI de bien vouloir diffuser ces Avis de Recherches autour de vous, oĂą que vous soyez.

Etre attentif à des comportements, à des visages croisés et remarqués, à des petites choses qui peuvent sembler anodines, peut sauver la vie d'un enfant ou d'un adulte en grande difficulté.

Soyez infiniment remerciés

Posté par Recherches à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2017

Jeune Homme disparu Ă  CABRIERES (34 - HERAULT)

cabria-res

Ce jeune homme d'une trentaine d'années a disparu depuis plusieurs jours à Cabrières.

Cela fait plusieurs jours que ses proches sont sans nouvelles de lui. Mais ce n'est que dimanche 19 novembre que la gendarmerie a été alertée à la suite de cette disparition inquiétante survenue à Cabrières. Une fois mis dans la boucle, les gendarmes de la communauté de brigades de Clermont-l'Hérault ont engagé d'importants moyens pour tenter de retrouver ce jeune homme, âgé d'une trentaine d'années.

Lors de sa disparition, il Ă©tait vĂŞtu de vĂŞtements sombres.

Toute personne susceptible de fournir des informations peut se rapprocher de

la brigade de gendarmerie de Clermont-l'HĂ©rault (04 67 96 00 32)

ou de la compagnie de Lodève (04 67 44 00 20)

ou via le 17.

Hérault : un jeune homme porté disparu à Cabrières

Ce jeune homme d'une trentaine d'années a disparu depuis plusieurs jours à Cabrières. Cela fait plusieurs jours que ses proches sont sans nouvelles de lui. Mais ce n'est que dimanche 19 novembre...

http://www.midilibre.fr

Posté par Recherches à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pétition pour l'évolution de l'Alerte enlèvement

alerte-enla-vement

Bonjour Ă  tous, chers visiteurs , chers familles, chers citoyens. 
 
Message que j'ai adressĂ© lors de la signature de la pĂ©tition crĂ©ee par ValĂ©rie L , afin de faire Ă©voluer l'Alerte enlèvement. 
 
En tant que Maman , Mamie, Citoyenne mais aussi PrĂ©sidente Nationale de l'association Aide aux Victimes Assistance et Recherche de Personnes Disparues. J'annonce par ce commentaire que  : 

L'Arpd s'associe Ă  cette pĂ©tition et souhaite faire Ă©voluer l'Alerte enlèvement . 


En espérant être écoutés et reçus par Monsieur Le Président de la République Française ainsi que Madame La Ministre de la Justice.


Cordialement, 

PascaleBathany

 

N'hĂ©sitez pas Ă  signer cette pĂ©tition., voici son lien 

 https://www.change.org/p/nbelloubet-elargissons-les-critères-dĂ©clenchant-l-alerte-enlèvement/nftexp/ex32/control/46850582?recruiter=46850582&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_content=ex32%

Posté par Recherches à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Morgane J. a disparue après sa sortie du collège de Verrière à ISSOIRE (63 - Puy-de-Dôme).

morgane

AVIS DE RECHERCHE

APPEL A TEMOINS

Sa description. 

Morgane mesure 1 m 65. De corpulence mince, elle porte un blouson court de type "doudoune" de couleur bleu marine avec une capuche de fourrure, un jean bleu clair, des chaussures de sport noir de marque Nike avec un logo de couleur rose et un sac Ă  dos noir de la marque Freegun avec des motifs rose.

 

Sans titre

Morgane J., une Issoirienne de 15 ans, n'a plus donné de nouvelles depuis son départ du collège de Verrière, où elle est élève, ce vendredi, à 11 h 30. Ce dimanche soir, la gendarmerie d'Issoire lance un appel à témoins.

Morgane J., Issoirienne de 15 ans et Ă©lève de 3e au collège de Verrière Ă  Issoire (Puy-de-DĂ´me), a Ă©tĂ© vue pour la dernière fois le vendredi 17 novembre, Ă  11 h 30, devant son Ă©tablissement scolaire.

L'adolescente aurait ensuite fuguĂ©. Sa famille et les gendarmes sont Ă  sa recherche depuis plus de 48 heures. Son tĂ©lĂ©phone portable Ă©tant Ă©teint, elle ne peut ĂŞtre localisĂ©e.

Les personnes susceptibles de dĂ©tenir des informations permettant de faire avancer l'enquĂŞte sont invitĂ©es Ă  contacter 

les gendarmes de la brigade d'Issoire,

au 04 73 89 80 80.

Faits divers - Un appel à témoins après la disparition d'une adolescente de 15 ans à Issoire (Puy-de-Dôme)

Morgane J., une Issoirienne de 15 ans, n'a plus donné de nouvelles depuis son départ du collège de Verrière, où elle est élève, ce vendredi, à 11 h 30. Ce dimanche soir, la gendarmerie d'Issoire lance un appel à témoins.

http://www.lamontagne.fr

Posté par Recherches à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2017

Cherry-Lee BIANCHI, Disparue le 28 octobre 2017, à l'âge de 16 ans.

1af98a6e3d

(Fugue)

Cherry-Lee

En cas d'information, contacter le 01 40 97 80 16

Posté par Recherches à 23:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2017

Zoé GUIBERT a disparue le 22 septembre 2017, à l'âge de 15 ans.

6462fb82cd

(FUGUE)

AVIS DE RECHERCHE

Zoé pourrait se trouver dans la région de

Poitiers (86), de Paris et d'Amsterdam.

En cas d'information, contacter le 01.40.97.80.16

Sans_titre

b_1_q_0_p_0

Posté par Recherches à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2017

Vendredi 29 septembre 2017 (article Agora Vox)

MAĂ‹LYS, les recherches cynophiles

par Desmaretz GĂ©rard 

Dimanche 27 aoĂ»t vers 3 heures du matin, les parents de Maelys inquiets de ne pas voir leur fille se lancent Ă  sa recherche aidĂ©s des convives. Une dizaine de minutes plus tard, la police judiciaire annonçait la disparition de la fillette âgĂ©e de 9 ans. Le chien policier va remonter la piste jusqu'au parking, laissant suggĂ©rer que la fillette aurait pu monter Ă  bord d'un vĂ©hicule. Les soupçons des enquĂŞteurs vont se porter sur un jeune homme âgĂ© de 34 ans, ancien MaĂ®tre-chien au 132e bataillon cynophile de l’armĂ©e de terre de Suippes, jusqu’à ce qu’il soit rĂ©formĂ© en 2007. Les policiers vont dĂ©couvrir qu'il a passĂ© 1h30 Ă  nettoyer son Audi A3 Ă  une station de lavage, Ă  bord duquel l'ADN de Maelys sera dĂ©couvert sur le tableau de bord ! Un autre dĂ©tail semble avoir attirĂ© l'attention des enquĂŞteurs, il aurait utilisĂ© pour le nettoyage de la malle arrière, un produit pour nettoyer les jantes et qui agit comme une rĂ©pulsif sur l'odorat des chiens !

chien_policier-a8f97

Tout au long de son histoire, l'homme a toujours Ă©tĂ© accompagnĂ© par les chiens. La relation entre l'homme et le chien remonte Ă  l'apparition du tomartus (chien loup), l'ancĂŞtre de tous les canidĂ©s. L’utilisation du chien pour des tâches de sĂ©curitĂ©s est un concept qui remonte aussi loin que le règne de Pyrrhus, Roi d’Epirus en 295 avant notre ère. L’assistance du chien dans un concept moderne date de la fin du 19e siècle, le premier programme de chien « policier Â» est apparu Ă  Ghenten en Belgique. En France, la gendarmerie fut la première institution Ă  disposer officiellement d'Ă©quipes cynophiles en 1945, suivie par la police nationale cinq annĂ©es plus tard, en ce qui concerne le 132°, la spĂ©cialitĂ© cynophile y est apparue en 1977. Elle allait s'inspirer des Ă©quipes cynophiles amĂ©ricaines dĂ©ployĂ©es au Vietnam, recherche et localisation : d'engins explosifs - de caches d'armes - de pièges Ă  c... - des tunnels - pistage de patrouilles Viet-Congs afin de dĂ©couvrir leur lieu de vie.

L'odorat humain permet de dĂ©tecter la prĂ©sence de certaines molĂ©cules. Lorsqu'un corps volatil pĂ©nètre dans les fosses nasales et atteint la muqueuse Ă©pithĂ©liale, il entre en contact avec les 6 Ă  8 millions de cellules olfactives reliĂ©es au cerveau par des fibres nerveuses. Le cerveau humain mĂ©morise l'odeur bien après que la molĂ©cule ait quittĂ© le nez. Au bout d'un certain temps, le nez cesse de rĂ©agir Ă  une odeur constante. On a identifiĂ© sept rĂ©cepteurs dĂ©diĂ©s chacun Ă  une odeur fondamentale : camphrĂ©e, mentholĂ©e, Ă©thĂ©rĂ©e, florale, musquĂ©e, âcre et putride ; il semblerait que la forme des molĂ©cules ait une rĂ©percussion sur la dĂ©tection de l'odeur. L'interaction d'une molĂ©cule odorante avec ces rĂ©cepteurs dĂ©clenche une combinaison d'odeurs non-dĂ©composables en odeurs fondamentales (une odeur de mousse par exemple, renferme 200 composants dont 80 participent Ă  son odeur particulière), exceptĂ©es pour certaines d'entre elles par des crĂ©ateurs de parfums.

Les excellentes qualitĂ©s olfactives du chien associĂ©es Ă  sa domestication en font l’animal idĂ©al pour accomplir les tâches oĂą l’odorat joue un rĂ´le prĂ©pondĂ©rant. Elles lui permettent de diffĂ©rencier des odeurs inodores pour l’homme qui possède. Si on mettait les 100-150 millions de cellules olfactives du chien cĂ´te Ă  cĂ´te, elles occuperaient une surface de 7m2 (0,5 pour l'homme). Le chien est capable de dĂ©tecter dans l’atmosphère une concentration aussi faible qu’un trillionième (1.10-18) . Il peut : distinguer des jumeaux, l’odeur d’un pied Ă  travers une botte de caoutchouc, l’odeur dĂ©gagĂ©e par la crainte ou la colère.

Le chien piste les odeurs laissées sur le sol par le passage de l’individu.

  1. Le port de chaussures Ă  semelle de cuir laisse une piste plus favorable que des semelles de caoutchouc.

  2. Si l’homme est lourd, la piste sera plus facile à suivre que celle d’une personne légère.

  3. Si deux pistes apparaissent, le chien aura tendance Ă  prendre la plus facile !

  4. Il peut pister sur l’odeur d'herbe écrasée et de la terre retournée qui libère des gaz.

  5. Il piste Ă©galement sur les effluves (odeurs en suspension dans l’air) : haleine, transpiration, odeur corporelle, caractĂ©ristique d’une alimentation ou des vĂŞtements.

  6. Si l’odeur est faible, le chien piste sur les effluves et légèrement sur l’odeur. Si c’est le contraire, il inverse l’ordre. Si l'individu a coupé à travers un cours d’eau, le chien qui utilise les effluves reprendra plus facilement la piste de l’autre coté

Un chien est capable de suivre une piste sur environ une dizaine de kilomètres et il peut dans des conditions favorables dĂ©tecter l’homme Ă  plus de 100 mètres et pister sur une trace qui remonte Ă  une trentaine d’heure ! Plus la piste est fraĂ®che, meilleures seront les chances de la remonter.

Un chien de pistage doit, non seulement ĂŞtre capable de suivre et de remonter une piste vieille de plusieurs heures, mais aussi de localiser les objets perdus, jetĂ©s ou abandonnĂ©s ayant appartenu Ă  la personne recherchĂ©e. Les conditions qui influent sur les odeurs ou effluves dissĂ©minĂ©es sont nombreuses :

  1. Une atmosphère fortement humide, un ciel couvert, favorise la rétention d'odeurs qui ne peuvent s'évaporer.

  2. A 1 heure du lever ou coucher du soleil, l'Ă©vaporation est plus lente.

  3. Plus le temps est sec et chaud, plus il favorise l’évaporation de l'odeur.

  4. Si le sol est plus chaud que l'air, il y a apparition d'effluves.

  5. Une nébulosité avec un plafond bas limite l'évaporation.

  6. La végétation épaisse limite la dissémination des odeurs.

  7. Le vent peut disperser l’odeur et les effluves.

  8. La pluie peut laver l'odeur.

  9. Un terrain sablonneux, silicieux ou sec, s'oppose Ă  la piste.

  10. Une température trop basse réduit l’odeur caractéristique.

  11. Une odeur forte (transpiration, parfum, crasse, nourriture, vêtement, blessure qui saigne, alcool, médicament, etc., améliore la piste.

  12. Un sol dur retient mal les odeurs.

  13. En milieu rural, l’odeur d’animaux, de fumier peut masquer la piste et distraire le chien.

  14. Le franchissement d’un cours d’eau dissipera rapidement l’odeur. Les très fortes pluies auront le même effet en lavant la piste.

  15. Les traces laissées dans la neige seront conservées grâce à l’humidité du sol.

  16. La couche de neige s’opposera à la trace en la recouvrant.

  17. La nuit, l’humidité ambiante, la réduction du vent favorisera la trace.

  18. En ville, le trafic, le bruit, les odeurs ne sont plus aussi caractéristiques et la pollution s’oppose à la trace.

  19. La topographie (colline, vallée, couvert, bois ) peut affecter la vitesse et la direction du vent et fausser la piste.

  20. Sous les lignes THT, le crépitement et l’ionisation de l’air peuvent déranger le chien.

  21. les champs cultivés avec l’imprégnation d’engrais diminuent la trace. La substance qui s’en dégage stimule le nerf olfactif et une exposition prolongée entraîne la sécrétion de mucus obturant les cellules olfactives.

Si l’odorat du chien est exceptionnel, sa vue est mĂ©diocre, il ne distingue pas les couleurs (il voit tout en bleu-vert). L'emplacement de ses yeux lui permet d'avoir un champ de vision supĂ©rieur de 70 % Ă  celui de l'homme, mais il dĂ©cèle plus le mouvement que la forme. Par contre, ses facultĂ©s auditives sont très performantes. Il dĂ©cèle un huitième de note, ce qui lui permet, oĂą l'homme n'entend qu'un seul son, d'avoir une nuance incomparable. Ne vous Ă©tonnez pas s'il reconnaĂ®t votre voiture. Il en a mĂ©morisĂ© la « signature Â» sonore.

L’orientation du pavillon de ses oreilles lui permet de localiser la direction d’un son. Il perçoit les sons de 15 hertz Ă  60 kilohertz ! Cette possibilitĂ© peut-ĂŞtre mise Ă  profit en utilisant un sifflet Ă  ultra-sons pour lui adresser des ordres qui resteront inaudibles pour l’homme. Cette particularitĂ© permet de dresser un chien Ă  dĂ©celer les signaux d’alarme utilisant les ultra-sons. C’est d'ailleurs sur ce principe que repose l’appareil qui tient les chiens Ă©loignĂ©s des mollets des facteurs. La source ultra-sonore très puissante (environ 110 dĂ©cibels) provoque la mĂŞme aversion qu’une sirène hurlant Ă  proximitĂ© de notre oreille.

Si un chien peut explorer un vĂ©hicule en deux minutes, il peut cependant ĂŞtre distrait et faire de faux marquages (vĂ©hicule très chaud, ventilation, l’air conditionnĂ©, odeur ancienne de drogue, etc.). Les appels ou courants d’air peuvent : dĂ©placer l’odeur, porter celle d’un animal domestique et venir perturber le marquage ou les rĂ©actions du chien. Si le chien refuse d’approcher, peut ĂŞtre a-t-il les papilles irritĂ©es par une substance chimique (les vapeurs d’anhydride d’acĂ©tone, par exemple, forment dans sa truffe une solution d’acide acĂ©tique).

L’histoire de la chienne en chaleur qui perturbe le mâle semble infondée, le chien bien éduqué fera son travail.Les trafiquants toujours à l'affût de méthodes pour dissimuler leur trafic et dérouter les chiens, utilisent toutes sortes de produits. Un agent masquant est une substance qui a une odeur forte et persistante qui recouvre et masque l’odeur à dissimuler, ou des produits distractifs qui présentent une odeur similaire, substances qui vont entraîner de faux marquages et mobiliser le chien. Une autre possibilité, avoir recours à une substance qui gonfle artificiellement la taille de la molécule odoriférante qui ne peut de ce fait pénétrer dans la muqueuse et encore moins solliciter les cellules olfactives. Ces produits capables de perturber l’odeur caractéristique recherchée déclenchent de faux marquages, contribuent à saturer le travail du chien et à détruire la confiance du maître en son chien.

Sans la prĂ©sence d’un maĂ®tre chien, le meilleur des chiens ne vaut guère mieux qu’un chien de compagnie. A l’inverse, un maĂ®tre chien associĂ© Ă  un « mauvais chien Â» ne peut remplir pleinement sa mission. Quelle que soit la mission confiĂ©e Ă  un chien, elle est toujours le rĂ©sultat de la comprĂ©hension maĂ®tre et chien. Le maĂ®tre doit apprendre Ă  connaĂ®tre son chien, de mĂŞme que l’animal apprend Ă  connaĂ®tre son maĂ®tre. Il est très important que le maĂ®tre sache parfaitement interprĂ©ter les attitudes de son chien afin de toujours rester capable de dĂ©terminer si ses rĂ©actions sont en rapport avec la mission. Un maĂ®tre chien qui laisserait Ă©chapper les indices d’un tel comportement, pourrait penser que le chien travaille rĂ©ellement alors qu'il n'en serait rien. LemaĂ®tre doit rester attentif au comportement de son compagnon et toujours lui rappeler ce qu’il en attend.

MAĂ‹LYS, les recherches cynophiles

Dimanche 27 août vers 3 heures du matin, les parents de Maelys inquiets de ne pas voir leur fille se lancent à sa recherche aidés des convives. Une dizaine de minutes plus tard, la police judiciaire annonçait la disparition de la fillette âgée de 9 ans.

https://www.agoravox.fr

Posté par Recherches à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2017

vendredi 10 novembre 2017 (article Agora Vox)

Personne disparue : les battues

par Desmaretz GĂ©rard

Le samedi 30 octobre 2017, Alexia Davial-Fouillot une jeune femme de 29 ans parti faire son jogging vers 9h30 n'est toujours pas de retour Ă  l'heure du dĂ©jeuner. Son mari inquiet appelle la gendarmerie vers 12 h pour leur signaler les faits. Le corps d'Alexia sera retrouvĂ© par les gendarmes le lundi suivant Ă  plusieurs kilomètres de son parcours habituel, calcinĂ© dans un petit fossĂ© recouvert de branchages dans le bois de Velet-Esmoulin près de Gray (Haute-SaĂ´ne), Ă  proximitĂ© d'une battue citoyenne rĂ©unissant des habitants des villages alentours. Les enquĂŞteurs vont passer trois jours sur la scène de crime. L'hypothèse d'un accident de la route ou d'un accident de chasse dissimulĂ© semble Ă©cartĂ©e. Le corps aurait Ă©tĂ© transportĂ© jusqu'au bois avant d'y ĂŞtre volontairement incendiĂ©. Le Procureur de vesoul a lancĂ© un nouvel appel Ă  tĂ©moins les invitant Ă  : « signaler tout fait suspect constatĂ©, dans les environs de Gray et de la forĂŞt de Velet-Esmoulin, durant le week-end du 28 et 29 octobre, qui peut donner lieu Ă  un signalement Ă  la gendarmerie au numĂ©ro dĂ©diĂ© : 03 84 65 11 45 Â» .

Quand un individu se dĂ©place dans la nature, il laisse derrière lui des traces de son passage. Pour rĂ©unir le maximum de chances de dĂ©couvrir une trace de son passage ou un indice, il faut devenir une partie de l'environnement et faire corps avec la nature. Il s'agit lĂ  d'une attitude que beaucoup d'entre-nous ont perdu. La sĂ©lection de la zone des recherches commence par l'examen attentif d'une carte d'Ă©tat-major de la rĂ©gion dont l'analyse permet de retenir les endroits propices Ă  : un accident - une agression - Ă  la dissimulation d'un corps - Ă  une fuite, points qui feront l'objet d'une reconnaissance aĂ©rienne (hĂ©licoptère ou drone avec prise de vue thermographique, infrarouges, fausses-couleurs), pĂ©destre, aquatique, souterraine.

Autre atout, connaĂ®tre le terrain et les personnes qui le frĂ©quentent. OĂą font-elles paĂ®tre leur bĂ©tail, couper du bois, chercher des champignons, etc. ? On constate trop souvent que les participants Ă  une battue s'alignent sur un rang afin de couvrir le maximum de surface du terrain explorĂ©, si cela a pour avantage de maximaliser la dĂ©couverte d'une personne disparue, cela peut en cas d'homicide, venir contribuer Ă  brouiller voire dĂ©truire certains indices. Il est tout aussi contre productif Ă  un groupe de parcourir un chemin en file indienne. Des gardes-forestiers, « gabelous Â», chasseurs, louvetiers, braconniers seraient plus adaptĂ©s Ă  cette phase de recherche. II faut ĂŞtre capable de suivre une piste, c'est Ă  dire dĂ©celer des indices insignifiants aux yeux d'une personne lambda. Il convient de se montrer particulièrement attentifs aux indices : pĂ©dographiques - phytographiques - hydrographiques - topographiques. Il s’agit d’anomalies du sol : couleur, texture, relief (La terre remuĂ©e rĂ©cemment prĂ©sente une couleur foncĂ©e et son volume augmente de 1/5), et de la vĂ©gĂ©tation (couleur, hauteur, inclinaison).

Dans le pistage les sens jouent un rĂ´le important. Il suffit parfois de savoir sentir, regarder sous une lumière rasante, Ă©couter pour dĂ©couvrir un indice laissant subodorer une prĂ©sence passĂ©e, prĂ©sente ou future (traces dues Ă  une reconnaissance prĂ©paratoire Ă  une occupation ultĂ©rieure de la zone). L'odeur d'une cigarette, d'une eau de toilette, de terre remuĂ©e, etc., suffit Ă  livrer une information Ă  condition de prendre l'Ă©lĂ©mentaire prĂ©caution d'approcher la zone face au vent ! Les bruits peuvent renseigner sur : l'approche d'un vĂ©hicule, d'une personne, une activitĂ© humaine, les aboiements d'un chien trahirent une prĂ©sence, etc. LĂ  encore, retenez que le bruit voyage avec le vent. Qui se soucie d'aborder la zone de la battue au vent et de prendre en compte les ombres projetĂ©es ou absorbĂ©es ? L'absence soudaine de bruit est toute aussi informative que la prĂ©sence d'un bruit. Si des oiseaux, insectes cessent leur activitĂ©, c'est que quelque chose les a dĂ©rangĂ©s. Le toucher (Ă©ventuellement prolongĂ© d'une badine) permet d'Ă©carter prudemment en s'assurant que on ne dĂ©truit pas ne serait ce qu'une toile d'araignĂ©e couverte de rosĂ©e, d'examiner un endroit recouvert par la vĂ©gĂ©tation.

L'art du « pistage Â» repose sur la capacitĂ© Ă  dĂ©celer et Ă  interprĂ©ter toutes les traces et indices du passage d'un ĂŞtre vivant :

Au sol  : herbe Ă©crasĂ©e (direction prise), empreinte de pas sur un sol meuble, pierre retournĂ©e (la couleur sombre est visible), pierre enfoncĂ©e par le poids du marcheur, objet perdu ou jetĂ© (mĂ©got, papiers, etc.), trace de sang (blessure), Ă©lĂ©ment abandonnĂ© (fèces, urines, vĂŞtement devenu inutile), traces laissĂ©es par les semelles des chaussures, etc.

En hauteur : Ă©raflures faites par l'Ă©quipement transportĂ©, « essuyage Â» d'une substance recouvrant une surface, branche cassĂ©e ou coupĂ©e, un feu de branchage, herbes hautes ou branches croisĂ©es dans un sens qui n'est pas le leur habituellement, rupture de toile d'araignĂ©e, partie d'Ă©toffe restĂ©e accrochĂ©e Ă  une branche, etc.

On distingue les traces temporaires qui bien seront balayĂ©es par le vent, la pluie, recouvertes de rosĂ©e, par la neige, ou Ă©vaporĂ©es sous l'action du soleil, des traces permanentes. Les principes de base qui servent Ă  identifier, localiser et interprĂ©ter les traces sont : dĂ©placement d'une partie du sol, de la vĂ©gĂ©tation - tache de boue, sang, liquide, nourriture, baies qui ne sont pas naturelles dans l'environnement - le temps : pluie, soleil, humiditĂ©, saison, durĂ©e d'exposition d'un objet, autant d'informations susceptibles de livrer une information sur leur « date Â» d'apparition. Un paquet de cigarette jetĂ© il y a une heure ne prĂ©sente pas de dĂ©coloration ni trace de pluie, surtout si celle-ci a Ă©tĂ© absente depuis lors. L'humiditĂ©, la pluie entraĂ®ne la rouille d'objet ferreux. Le sac plastique biodĂ©gradable s'Ă©miette après une exposition aux intempĂ©ries de quelques mois. Les dĂ©bris : papiers, canette, restes d'un feu, excrĂ©ments, Ă©quipement, etc., peuvent fournir de nombreuses informations (ADN, code barre..., etc.) sur les personnes qui les ont abandonnĂ©s. En prĂ©sence d'un indice, il faut commencer par se figer sur place et observer tout son environnement alentour. Peut ĂŞtre que la personne a cherchĂ© Ă  fausser ou brouiller les pistes. Dans ce cas vous dĂ©couvrirez peut ĂŞtre une trace au sol qui viendra contre-dire une trace en hauteur ! Coup classique, « la marche Ă  reculons Â», dans ce cas la longueur du pas sera moindre, les traces plus courtes, et l'empreinte de la partie avant du pied sera plus visible (en marche arrière le poids a tendance Ă  porter Ă  cette partie du pied).

Toute trace de pas est riche d'informations. Elle indique le type de la semelle et de la chaussure (ville, sport, « rangers Â» ne prĂ©sentent pas les mĂŞmes dessins ni le mĂŞme profil) - le nombre de personnes et la direction suivie - le sexe, la pointure d'une femme et la forme de la chaussure ne ressemblent pas Ă  une pointure 46 - la vitesse de dĂ©placement (pas long et empreinte plus profonde) - la charge portĂ©e (pas plus court et talon plus accentuĂ©). Si la trace semble avoir Ă©tĂ© affectĂ©e par la pluie (trace remplie d'eau, contour moins net), cela signifie qu'elle est lĂ  depuis les dernières pluies. Si tel n'est pas le cas, on peut en dĂ©duire qu'elle a Ă©tĂ© faite après les pluies, la consultation d'un site mĂ©tĂ©orologique permettra d'Ă©tablir une fourchette. ConnaĂ®tre le nombre de traces de pas permet d'estimer le nombre de personnes composant un groupe. Il suffit pour faire de dĂ©limiter sur le sentier une distance de 4.5 mètres et de compter le nombre de traces dans l'espace dĂ©limitĂ©. Si le nombre de traces est faible, on porte la distance Ă  9 mètres et on divise le rĂ©sultat obtenu par deux.

Sous l'action aĂ©rologique, le bord de la trace tend Ă  s'Ă©roder. Si elle est endommagĂ©e par une autre trace, il est possible d'en dĂ©duire laquelle est la plus ancienne et laquelle est la plus rĂ©cente, ainsi que la direction suivie par l'une et par l'autre. Le vent et la vie animale de la zone viennent dĂ©poser des dĂ©bris environnant dans les traces qui peuvent livrer une indication sur sa datation. Si elle est propre, elle est d'apparition rĂ©cente. Sur un dĂ©nivelĂ©, la trace de la pointe de la chaussure est plus prononcĂ©e vers la montĂ©e et les dĂ©bris semblent comme chassĂ©s vers l'arrière. Lors de la descente, le talon s'enfonce plus profondĂ©ment dans le sol pour « freiner Â» le mouvement.

Tout passage entraĂ®ne des traces sur la flore traversĂ©e. Les branches peuvent prĂ©senter une trace de coupure ou cassure laissant penser Ă  l'utilisation de branches pour un camouflage. Une branche brisĂ©e ou coupĂ©e il y a une heure ne se prĂ©sente pas du tout comme une branche cassĂ©e ou coupĂ©e il y a plusieurs jours, voire plusieurs heures. Des brindilles, une partie de feuillage, les baies tombĂ©es au sol peuvent avoir Ă©tĂ© Ă©crasĂ©es par un pas ; Ă  noter qu'une indication identique peut provenir de la vie animale : excrĂ©ments d'animaux, nid de fourmis, trou de vers, etc. La rosĂ©e de l'herbe peut ĂŞtre manquante suite au passage d'un homme ou d'un animal (trace essuyĂ©e). Une Ă©pine a pu retenir un morceau d'Ă©toffe de vĂŞtement. Les herbes se couchent sous le pas et leur pointe indique la direction de la marche. L'herbe peut aussi prĂ©senter des traces laissant penser qu'une charge a Ă©tĂ© traĂ®nĂ©e en cet endroit. L'herbe pourra garder la forme d'un objet l'ayant recouverte, tente, sac-Ă -dos, forme d'un corps allongĂ©, etc. Des vĂ©gĂ©taux ou des animaux appartenant Ă  la pĂ©dofaune (qui vit dans le sol) ont pu ĂŞtre transportĂ©s d'un endroit dans un autre.

Quand on marche sur des feuilles, celles-ci viennent s'agglutiner sous les semelles et quand le paquet ainsi formé devient trop lourd, il retombe au sol. L'empilement des feuilles indiquera de façon certaine la direction suivie et pourra permettre de retracer l'itinéraire emprunté. Le feu (allumé pour dissimuler des indices) détruira la végétation à l'emplacement de son foyer.

A proximitĂ© d'un fleuve ou d'un plan d'eau, il convient de chercher les indices : le long de la berge et de ses alentours immĂ©diats - en eau peu profonde (pierres moussues retournĂ©es) - dans la vĂ©gĂ©tation qui aurait pu servir Ă  dissimuler la mise Ă  l'eau. Toutes traces, Ă©claboussures, Ă©gouttures pourront trahir un passage, une mise Ă  l'eau (dĂ©shabillage), ou le traĂ®nage d'un corps et/ou d'une embarcation.

Dans le cas d'une grande battue composĂ©e de citoyens, il conviendrait d'adopter une formation en « triangle Â» et de placer les chasseurs, gardes-forestiers Ă  la pointe du dispositif. Autre prĂ©caution utile, refaire le chemin en sens inverse. Lors du retour on voit les alentours d'un autre point de vue et sous un Ă©clairage diffĂ©rent. Pour tirer partie du moindre indice et de la moindre trace, il faut regarder autour de soi, s'agenouiller, et savoir profiter d'une lumière rasante qui contribue Ă  accroĂ®tre le contraste de la trace. Il faut aussi ĂŞtre vigilant Ă  dĂ©celer les repères laissĂ©s par toute personne qui a marquĂ© un endroit ou son passage, tas de pierres empilĂ©es, branche cassĂ©e dans une direction particulière, herbes nouĂ©es, sac d'engrais ou autre qui semble abandonnĂ©, etc.

En fonction des traces dĂ©couvertes ou restĂ©es indĂ©couvertes, le pisteur doit se poser la question de savoir s'il n'est pas en prĂ©sence d'un ancien militaire ayant pu suivre un stage particulier. Une personne comme l'adjudant Chanal, affaire des disparus de Mourmelon, qui avait suivi diffĂ©rents stages « commando Â» y a sans doute appris l'art du camouflage et celui des caches, et Ă  pu mettre ses connaissances Ă  profit pour dissimuler les corps qui n'ont jamais Ă©tĂ© retrouvĂ©s... Les enquĂŞteurs seraient-ils confrontĂ©s Ă  une telle Ă©ventualitĂ© avec la disparition de la petite Maelys et celles de Marie JosĂ©e et Allison, Ă©pouse et fille de l'adjudant Francisco Benitez disparues en juillet 2013 ?

Posté par Recherches à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2017

Les violences sexuelles ne sont pas un épi phénomène mais un fléau qui relève de la santé publique.

NOTRE COMBAT

" Mon agresseur était derrière moi, je ne le voyais pas, je ne voyais rien. C'était tout à fait surréaliste. À cause de ça, j'ai eu énormément de mal à mettre des images, des mots, sur ce qui m'était arrivé. Depuis, tout a changé. Pour un printemps "maudit": 40 ans d'angoisses.

http://www.innocenceendanger.org

Posté par Recherches à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

logo-innocence-en-danger-280

LA PAROLE LIBÉRÉE : UNE LUTTE CONTRE LA PÉDOCRIMINALITÉ AU SEIN DE L'EGLISE

Actualités Innocence en Danger soutient de nombreuses associations dans leurs combats contre les violences, sexuelles et physiques, commises contre des enfants A propos de La Parole Libérée La Parole Libérée : une association créée en aide aux victimes des actes de pédophilie perpétrés au sein du groupe Saint-Luc entre 1970 et 1991 La Parole Libérée a lancé une pétition demandant l'imprescribilité des atteintes sexuelles orchestrées sur des mineurs.

http://www.innocenceendanger.org
Signez la pétition

PĂ©dophilie/DĂ©lai de prescription : donnons le temps aux victimes d'obtenir justice ! #StopPrescription

https://www.change.org

Posté par Recherches à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]